Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA RUSSIE RETIRE SES TROUPES DE SYRIE : LE POURQUOI !..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Athos79
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6650
Age : 77
Emploi : retraité
Date d'inscription : 29/04/2014

MessageSujet: LA RUSSIE RETIRE SES TROUPES DE SYRIE : LE POURQUOI !..   Mar 15 Mar - 20:50

SOURCE : CITOYENS ET FRANCAIS
---------------------------------------
EDITE PAR HUBERT THE MAQUIZARD
---------------------------------------
15 mars 2016
Pourquoi la Russie retire-t-elle ses troupes de Syrie ?


L‘opération russe en Syrie, lancée le 30 septembre 2015, aura duré cinq mois et demi. Au cours de cette période, Moscou est parvenue à remplir la majorité des objectifs militaires et stratégiques qu’elle s’était fixés – publiquement ou secrètement – à l’automne de l’année dernière.

Personne ne se pose plus la question de savoir si le régime de Bachar el-Assad sera maintenu à moyen terme. Il le sera.(...)

Couvertes par les avions militaires russes, l’armée gouvernementale et les forces qui la soutiennent (en premier lieu, le Hezbollah libanais et le corps expéditionnaire iranien) ont gagné du terrain sur les groupes d’opposition, renforcé leurs positions dans les zones côtières et les environs de Hama et de Homs et, ces derniers temps, aussi sur le « front nord » : à l’approche d’Alep et autour de la frontière turque.

L’initiative est décidément passée du côté des partisans du président Assad, qui se sont mis à évoquer de plus en plus souvent la nécessité de développer leurs succès et de reconquérir tous les territoires « occupés par les terroristes ».

Pourtant, il est peu probable qu’une telle option ait fait partie des plans de Moscou. La reconquête de tout le territoire syrien aurait pu prendre des années, et sans la moindre garantie de succès.

Damas s’appuie avant tout sur la minorité alaouite [dont est originaire le clan Assad], très affaiblie par cinq années de guerre. L’approche maximaliste, défendue par une partie de l’entourage d’Assad, aurait pu conduire Moscou à s’enliser dans une guerre lointaine en se mettant de plus en plus à dos les acteurs clés de la région, en premier lieu la Turquie et les monarchies du golfe Persique.

En annonçant son retrait lundi soir, Moscou a de sérieux motifs pour présenter la campagne syrienne comme une victoire. Au moins parce que la trêve proclamée par les présidents Poutine et Obama a été rendue possible, en premier lieu, par le revirement dans les combats induit par l’intervention de l’aviation russe.

Le principal risque pour Moscou, aujourd’hui, est lié à ce que feront les adversaires d’Assad en Syrie et à l’étranger après le retrait de ses troupes aériennes. Si les négociations de paix sont rompues et que des combats reprennent, les troupes gouvernementales, demeurées sans allié clé, pourraient recommencer à perdre la guerre.

Pourtant, on imagine difficilement que les représentants russes n’aient pas abordé une telle option lors des consultations avec les États-Unis et les pays arabes.
Il est beaucoup plus logique de supposer que les dirigeants russes ont pu obtenir de leurs partenaires étrangers certaines garanties sur le fait que Bachar el-Assad, privé de l’aide de Moscou, ne subira pas le même sort que le dirigeant afghan pro-soviétique Najibullah, renversé puis châtié par ses adversaires.
Un tel scénario aurait en effet des conséquences catastrophiques pour la réputation de Moscou, dans la région mais aussi dans le monde entier
.


Départ des premiers appareils russes de la base de Lattaquié, en Syrie
Revenir en haut Aller en bas
Athos79
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6650
Age : 77
Emploi : retraité
Date d'inscription : 29/04/2014

MessageSujet: CAPACITE D"ACTION RUSSE : TOUJOURS ACTIVE    Jeu 17 Mar - 18:20

SOURCE : ZONE MILITAIRE
------------------------------
EDITE PAR KANESATAKE
---------------------------
17-03 -2016
Syrie : Les capacités militaires russes restent importantesPosté dans Moyen-Orient, Russie par Laurent Lagneau Le 17-03-2016

Suite à l’annonce de la décision de Vladimir Poutine de retirer le gros des troupes russes de Syrie, entre 8 et 10 bombardiers tactiques, dont des Su-34 « Fullback » ont rejoint leurs bases en Russie. Pour autant, d’après le colonel Steve Warren, le porte-parole de la coalition anti-État islamique (EI ou Daesh) dirigée par les États-Unis, la capacité de combat russe « n’a guère été modifiée pour l’instant » après le retrait de ces quelques appareils.

Ainsi, des avions russes « ont effectué plusieurs sorties » depuis l’annonce du Kremlin, sans pour autant effectuer de frappes, aux dires du colonel Warren. « Les unités d’artillerie russes soutenant l’armée syrienne dans son offensive contre le groupe État islamique près de Palmyre sont toujours déployées sur le terrain », a-t-il ajouté.

« Honnêtement, nous n’avons pas observé une réduction significative de leur force de combat », a poursuivi le colonel Warren, pour qui il est « difficile de connaître les intentions de la Russie. » Cela étant, le gros du contingent russe doit être désengagé de Syrie dans les 48 heures à venir.

Pour autant, Moscou entend bien garder un oeil sur la situation en Syrie. Le vice-ministre russe de la Défense, le général Nikolaï Pankov, a en effet prévenu que les forces aérospatiales russes ont toujours la mission de poursuivre ses frappes contre des objectifs terroristes, ce qu’a confirmé, ce 17 mars, le président Poutine.

« Si nécessaire, la Russie peut accroître juste en quelques heures sa présence dans la région jusqu’à un niveau adapté à la situation qui s’y développe », a affirmé le maître du Kremlin, lors d’une cérémonie où il a décoré plusieurs militaires ayant servi en Syrie.

« Ce n’est pas ce que nous voulons. Une escalade militaire n’est pas dans notre intérêt. C’est pourquoi nous plaçons nos espoirs dans le bon sens de tous les belligérants en faveur du processus de paix entamé à Genève », a continué le président russe. Et ce dernier d’avertir : « Si nous constatons des cas de violation de la trêve par n’importe quel groupe, ils seront automatiquement exclus de la liste qui nous a été fournie par les États-Unis. C’est-à-dire, avec toutes les conséquences qui en découlent ».

En tout cas, le cessez-le-feu instauré le 27 février ne concerne ni l’État islamique ni le Front al-Nosra, lié à al-Qaïda. D’ailleurs, ce dernier en a récemment profité pour attaquer et défaire, dans la nuit du 12 au 13 mars, la 13e division de l’Armée syrienne libre (ASL) dans la région d’Idlib.

Quoi qu’il en soit, le retrait des avions Su-30 et Su-35, plus tournés vers des missions de supériorité aérienne, n’a pas été constaté. Et le président Poutine a confirmé le maintien en Syrie des systèmes de défense aérienne S-400 et Pantsir S-1.

En clair, il n’est pas question pour Moscou de retirer ses capacités A2/AD (anti-access, area denial) qui forme une « bulle de protection » en Méditerranée orientale. La Russie a déployé des moyens identiques en mer Noire et dans son enclave de Kaliningrad, en mer Baltique.

Par ailleurs, M. Poutine a donné une évalution du coût des opérations en Syrie, entamées le 30 septembre 2015. À ce jour, son montant serait de 33 milliards de roubles (425 millions d’euros), en grande partie financé par le budget du ministère russe de la Défense.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LA RUSSIE RETIRE SES TROUPES DE SYRIE : LE POURQUOI !..   Jeu 17 Mar - 19:15

ça coûte bonbon quand même pour les Russes , j'espère qu'ils vont en tirer un profit , Tout ça est bien compliqué et les dessous nous ne le saurons pas vraiment , après des versions il y'en a mais laquelle est la bonne ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LA RUSSIE RETIRE SES TROUPES DE SYRIE : LE POURQUOI !..   Sam 19 Mar - 19:46

FRAPPES RUSSES. L’armée arabe syrienne aux portes de la vieille ville de Palmyre

Après 10 frappes russes aux alentours de Palmyre, l’armée arabe syrienne est entrée en action. Les « Forces Tiger » syriens (armée arabe syrienne), soutenues par le Hezbollah, Liwaa Imam Ali (paramilitaire irakien), la Brigade des faucons du désert, et les Marines syriens ont lancé un assaut à l’ouest de Palmyre, comme nous vous l’annoncions.

Les collines situées côté sud-est de Jabal Hayyal sont tombées. Le village de Tal Areen est aussi tombé. Les forces armées syriennes et leurs alliés ont cassé les lignes avancées de Daesh près des collines entourant Palmyre et donnant sur la zone dite Villa Royale Qatari.

Ce samedi matin, l’armée arabe syrienne est aux portes de l’ancienne ville. L’entrée dans la ville se fera sans doute aujourd’hui et les combats risquent d’être très féroces…

http://www.mamafrika.tv/blog/f…e/
Revenir en haut Aller en bas
Athos79
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6650
Age : 77
Emploi : retraité
Date d'inscription : 29/04/2014

MessageSujet: POURQUOI LE RETRAIT RUSSE DE SYRIE   Jeu 24 Mar - 10:55

SOURCE : MEDIA -PRESSE-INFO
-----------------------------------
LE POURQUOI DU RETRAIT DES RUSSES DE SYRIE
------------------------------------------------
Syrie, questions sur le retrait russe
IN INTERNATIONAL, SYRIE / BY ANTOINE DE LACOSTE / ON 21 MARS 2016 AT 8 H 00 MIN /
------------------------------------------
L’annonce du retrait russe a surpris les observateurs. Certes, le cesse-le -feu semble tenir, le régime de Bachar est consolidé et les discussions avec une partie de l’opposition devraient pouvoir se poursuivre à Genève.

Mais tout de même, la guerre est loin d’être finie : l’Etat islamique conserve un territoire important, le Front al Nosra, affaibli, n’est pas détruit et il reste de nombreux combattants islamistes russes et caucasiens qui représentent un danger potentiel pour l’avenir.

Alors pourquoi ce retrait ? Les raisons russes n’ont pas toutes été explicitées (ce n’est pas le genre de la maison), mais elles sont tout de même facile à comprendre. En réalité, les principaux objectifs qui ont motivé l’intervention sont largement atteints.

Tout d’abord l’armée syrienne a repris le contrôle de la situation; sur la défensive en septembre, après les pertes de Palmyre et d’Idlib au Nord-Ouest, elle a repris l’offensive et obtenu des succès importants, même s’ils sont niés par les medias occidentaux. Homs a été presque totalement libérée, et les combattants islamistes ont fui pour la plupart. Une évacuation humanitaire d’un certain nombre d’entre eux, accompagnés de leurs familles, a même été organisée avec l’aval du régime. De même, l’étau autour d’Alep a été brisé, plusieurs villages alentour repris, où l’armée a été triomphalement accueillie. En ce moment même, une offensive se déroule près de Palmyre. La situation militaire est donc bien meilleure.

Ensuite, il faut bien mesurer ce que signifie cette évacuation : une partie de l’aviation est rentrée mais une partie non négligeable demeure. De même, la base navale de Tartous est toujours aussi active. En cas de difficultés imprévues, il ne faudrait guère de temps pour reprendre le contrôle de la situation. En réalité, les effectifs russes qui demeurent sont bien suffisants alors qu’une trêve est observée. Surtout si l’on considère que dans toute cette affaire, les Russes ont mis en ligne des moyens qui dépassaient largement ce qui était nécessaire pour inverser le rapport de force. A tout moment l’aviation russe peut intervenir depuis la Syrie et la Russie. N’oublions pas également qu’après la destruction d’un bombardier russe par la chasse turque des batteries de missiles anti aériens très performantes ont été déployées et qu’elles ne sont pas concernées par l’évacuation.

Surtout, Poutine a obtenu ce qu’il cherchait : prendre la main sur ce conflit et s’imposer comme un interlocuteur incontournable. Aujourd’hui, rien ne se fait au Proche-Orient qui n’ait été organisé ou accepté par la Russie. Les Etats-Unis ont avalisé cet état de fait au grand dam de l’Europe écartée par son absence de stratégie cohérente.

Poutine peut maintenant voir venir : il a fait une démonstration de force qui a marqué les esprits et a durablement installé la Russie comme l’interlocuteur numéro un de la région.

Bien sûr, l’Etat Islamique est toujours là. Mais Poutine ne compte évidemment pas s’en occuper seul : après tout ce monstre a été engendré par l’invasion américaine de l’Irak. Il serait temps que les Etats-Unis, pour une fois, répare ce qu’ils ont eux-mêmes provoqué.

Antoine de Lacoste
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LA RUSSIE RETIRE SES TROUPES DE SYRIE : LE POURQUOI !..   Jeu 24 Mar - 12:24

Pourquoi voulez vous qu'ils réparent ce qu'ils veulent que ce soit si j'en crois rené .
J'ai quand même du mal à avaler que tous les pingouins de l'état Islamique et ceux qui le rejoignent d'un peu tous les pays soient sous l'emprise des "300 familles " .
L'Islam nous a toujours combattu même avant que  les " 300 familles ne se soient constituées ".
Par contre je soupçonne le pape actuel et même le précédent d'être franc-maçon , pour moi c'est clair mais ça n'engage que moi .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA RUSSIE RETIRE SES TROUPES DE SYRIE : LE POURQUOI !..   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA RUSSIE RETIRE SES TROUPES DE SYRIE : LE POURQUOI !..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bateaux de transport de troupes belges à la ww2 ???
» [Politique] Géorgie - Russie - Osséties - Abkhazie- Kosovo
» Guerres et épaves - Le Syrie
» L’expo Russie Viking au musée de Normandie à Caen
» la prise d'otages de Beslan ( fédération de Russie )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Rubrique D' HUBERT LE MAQUIZARD par Athos79-
Sauter vers: