Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BROUSSARD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aokas
Admin


Masculin
Nombre de messages : 4032
Age : 75
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: BROUSSARD   Mer 4 Juil - 17:36



Un peu d'histoire: En 1950 Max Holste et son équipe étudient un avion à tout faire, et sous tous les climats: le MH 150.L'opportunité de cet avion apparut grâce à l'Armée de Terre qui exprima le besoin d'un appareil destiné à l'observation d'artillerie Max Holste adapta le MH 150 au cahier des charges existant...d'où naquit le MH 152. Le 12 juin 1951, le prototype faisait son premier vol et fût jugé comme ayant de bonnes qualités.: l'avion avait des chances de se voir construit en série. Mais des problèmes de tous ordres, autres que techniques, arrêtèrent le développement du MH 152. Le CEV, pourtant, l'utilisa comme banc d'essai volant du turbo-propulseur Turboméca " Astazou" , sous le nom de MH 153. (A gauche logo des avions "Max Holste)

Déjà, en 1950, le Congrès Aéronautique de l'Union Française, qui s'était tenu à Paris, avait demandé vigoureusement la relance du matériel de "servitude" et le"Beaver" canadien avait été cité comme référence. S'en souvenant ,Max Holste transforma le MH 152-02 en MH 1521 "Avion de Brousse".Ce n'est qu'après son premier vol le 17 décembre 1952, à Reims-St Léonard, piloté par Pierre Henry et Max Holste, que le prototype F-WGIU reçut son nom de baptême "Broussard".

Les essais au CEV de Brétigny débutèrent le 20 avril 1953 et durèrent jusqu'en juin, avec une période d'essais tropicaux en Afrique:L'avion obtint son certificat de navigabilité.

Le 25 avril 1953 l'Etat Major de l'Armée de Terre exprimait son intérêt pour le "Broussard": ses besoins pouvaient atteindre 400 appareils !!!La guerre d'Indochine n'étant pas terminée, cette affectation pouvait être envisagée...mais en 1954 la guerre se terminait.

Max Holste , très sûr de son avion, pris l'initiative d'en construire 20 exemplaires.Cette décision osée et provocatrice déclencha l'achat des Numéros 04 et 05, à valoir sur un marché des Armées signé en décembre 1953.Au fil des ans, 378 "Broussard" furent construits, le dernier sortant d'usine le 6 décembre 1961.

Le Max Holste MH 1521 "Broussard"F-BMJO porte le numèro de série 19.Il a été construit pour l'Armée,et a été modifié (nez allongé) pendant sa carrière militaire.

Sa construction a été achevée le 17 décembre 1956.Bien que cet avion n'ait pas servi dans l'Aéronautique Navale,Les Ailes Anciennes de La Baule ont choisi de lui donner la décoration qu'il porte parce qu'elle est particulièrement originale (Les décorations colorées du Broussard sont rares!) et surtout,pour honorer ceux de ses membres qui ont été ou sont dans l'Aéronautique Navale comme Max Holste..et puis, enfin, l'aérodrome de La Baule-Escoublac où il est basé,est au bord de la mer !

Le dernier insdustriel privé de la construction aéronautique française s'est éteint discrètement en août 1998 à l'âge de 84 ans à Toulon.


Max HOLSTE, né à Nice, ancien de l'aéronautique navale, avait réalisé son premier biplace monoplan en 1934 chez un carrossier du boulevard Bessière à Paris.Après un passage chez FARMANN* à Billancourt et chez AMIOT* à Colombes, il avait entrepris la construction d'un avion de course pour la célèbre coupe Deutsch de la Meurthe. Mais la guerre a coupé les ailes de son MH 20. Néanmoins il réalisa pour le film "Le marriage de chiffon", avec Odette Joyeux, un Farmann de 1911 qui volait mieux que l'original.

Constructeur d'avions solides et populaires comme le MH 30 ou le MH 52, il a finalement remporté dans les années cinquante, un important contrat d'état avec le "Broussard", vendu à 378 exemplaires, un record en temps de paix, et qui a volé dans une trentaine de pays jusqu'en 1987.C'est en construisant un successeur au DC 3, le "Super Broussard" ,équipé de deux turbines, que l'usine de Reims-Aviation créée par Max Holste a déposé le bilan ou plus exactement qu'il a été démissionné par le nouvel actionnaire majoritaire, l'Américain Cessna.

Devenu Nord 260, puis Nord 262, son avion vole encore pour quelques armées et compagnies dont l'Armée Française. Il a aussi servi sur quelques lignes aux USA, et en France aussi, lors des débuts d'Air Inter comme le soulignait la revue Icare , consacrée à Air Inter.

Parti s'installer au Brésil en 1965, Max Holste est devenu le père de l'industrie aéronautique brésilienne, aujourd'hui très performante. C'est là-bas, chez "Enbraer" qu'il a développé le bimoteur de transport public, le "Bandeirante",vendu à 500 exemplaires et équipé de turbines américaines. Cet avion a précédé le"Brasilia" puis la série des biréacteurs EMB 135 et 145 de transport régional qui font aujourd'hui de l'industrie aéronautique brésilienne l'une des deux premières au monde dans ce secteur.

Oublié en France, Max HOLSTE y est revenu terminer ses jours, mais c'est au Brésil qu'il reste un industriel qui a réussi."

Appareil de liaison et d'observation, extrapolé du M.H 152, le Broussard est un monoplan à aile haute haubanée entièrement métallique qui connut un vif succès tant auprès des civils que des militaires. Equipé de l'ancien moteur Pratt & Whitney R. 985 (dont la conception remonte aux années trente) que la firme américaine remit spécialement en fabrication, actionnant une hélice Hamilton Standard à vitesse constante, le prototype vola pour la première fois aux mains du pilote Pierre HENRY le 17 novembre 1952.

C'est une machine particulièrement robuste, demandant peu d'entretien et pouvant opérer à partir de terrains non aménagés. L'emploi d'un double gouvernail de direction, inhabituel à l'époque sur un avion à ailes hautes, permet une grande précision dans le pilotage à vitesse réduite. Les jambes du train d'atterrissage, à ressorts d'acier, sont d'une exceptionnelle robustesse et conviennent bien aux débutants.

Il peut être aménagé dans diverses configurations :
- liaison comprenant 6 sièges
- poste de commandement volant avec équipement radio
- observation avec appareils photos embarqués
- sanitaire avec 1 ou 2 civières
- "gunship" avec une mitrilleuse MAC 52
- lance-grenades
- parachutistes

Outre son utilisation militaire, de nombreuses commandes civiles ont été enregistrées par Max Holste, notamment pour une version agricole. Sa faible vitesse de vol en fait également un bon moyen de largage pour le parachutisme civil.

Les Broussard furent employés de manière intensive pendant la guerre d'Algérie comme avion de liaison, d'observation, d'évacuation sanitaire et de guidage pour les chasseurs. Quelques Broussard ont été utilisés par le Groupe de Liaison de Mérignac.

Les militaires demandèrent un prototype (M.H 1522M) pourvu de becs de sécurité de bords d'attaque afin d'améliorer les qualités d'envol et d'atterrissage (1er vol le 11 février 1958).


Production

La série a porté sur un total de 366 exemplaires, sans compter les prototypes et préséries, dont 47 M.H 1521C (civils). En dehors de l'Armée de l'Air, de l'Aéronavale et de l'ALAT, le Broussard a été en service dans une quinzaine de pays essentiellement africains, à titre militaire et chez plus d'une vingtaine d'utilisateurs civils, français comme étrangers. A noter qu'au moment où a cessé la production en 1961, la raison sociale du constructeur est devenue Reims Aviation en raison du départ de Max Holste.


Carrière

L'Armée de l'Air a utilisé le Broussard de 1956 à 1987, l'ALAT de 1957 à 1993, toutes deux au sein de nombreuses unités, en Afrique du Nord, en Afrique noire et en métropole.
La Marine en a mis en oeuvre un petit nombre de 1957 à 1970.
La DCAN (DGA) en employa quelques uns à partir de 1968 et en fut le dernier utilisateur d'état.
De nombreux exemplaires connaissent une nouvelle vie dans le civil.


Exportation

Après le retrait des derniers appareils en France, une cinquantaine de Broussard étaient toujours employés par des états comme le Dahomey (Bénin), le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, la République populaire du Congo, le Gabon, la Côte d'Ivoire, la Mauritanie, le Maroc, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Togo et la Haute-Volta (Burkina-Faso).


___________________________________ ▂ ▄ ▅ ▆ ▇ █ Signature █ ▇ ▆ ▅ ▄ ▂ ____________________________________

Aokas
14ème RCP - 9ème RCP
AFN
194658

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ifqs.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BROUSSARD   Mer 4 Juil - 17:46

Merci Aokas,

Je vois que toi aussi tu en met un coup.
Revenir en haut Aller en bas
LIO21121
Invité



MessageSujet: Re: BROUSSARD   Mer 4 Juil - 19:09

Printemps 1969 à Nîmes, c'est l'appareil au bord duquel et suite à un pari
un peu stupide avec un Commando de l'Air, j'ai effectué mon 1er saut
et ce sans entraînement.

J'étais cabot chef, ce jour là je n'ai pas voulu me "dégonfler" devant des stagiaires auxquels je dispensais un cours d'armement et lorsque le s/c L...Z me proposa d'effectuer ce saut ( suite à un pari au mess lors d'une soirée un peu arrosée ) décemment je ne pouvais refuser.

Il m'équipa et me prodigua quelques rudiments de base .......du type, comment actionner le ventral, verifier les suspentes, tractionner contre le vent...bref quelques conseils avant d'embarquer à bord de cet appareil.

Nous étions 4 à sauter....le moniteur accrocha sous le siège le mousqueton de la SOA. Je ne sais à quelle altitude nous fûmes largués.....je fus le dernier à sauter ( ce qui me permis de visionner la posture avant le saut ) et comme un bonheur n'arrive jamais seul, je pense avoir trop tardé à me présenter à la porte et de m'asseoir au sol, les pieds dans le vide, car au moment du saut le moniteur me retint par l'épaule et dans cette position, l'appareil effectua un tour complet de la DZ.......mes yeux fixaient l'horizon.

Enfin une petite tape amicale et je m'élançais dans le vide........je me souviens de n'avoir rien vérifié ( les suspentes, le vent ...) mon parachute était ouvert et pour moi c'était le plus important.

Il me semblait voir arriver le sol tout doucement.......j'étais en vie et super content.....ensuite le choc à l'arrivée, du vent dans la voilure ainsi que le s/c L...Z qui arrivait à la rescousse afin de m'aider à plier le parachute. J'étais heureux comme un gosse, j'avais 19 ans et je puis, sur mon honneur, vous certifier la véracité des faits.

La soirée se termina très tôt le lendemain.

Mes impressions......j'ai eu la trouille dans l'avion jusqu'au moment ou le moniteur d'une pression sur l'épaule me fit signe de sauter.

Dernièrement et j'ai 57 ans, j'ai appris à ma Mère cet épisode de ma vie de militaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BROUSSARD   Mer 4 Juil - 20:18

Ah , cette ARMEE DE L'AIR !!!!!

De bons Avions et du Personnel , un peu fou !!!!!!

Super AOKAS pour ce sujet super bien traité !!!!!

Félicitation LIO , pour ton courage , qui a fait de toi , un PARA !!!!!

Comme certains a DBP !!! sans entrainement : CHAPEAU BAS !!!

MESSIEURS je vous :

Commandoair40
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BROUSSARD   Jeu 5 Juil - 8:22

En lisant LIO, je me suis remémoré mon premier saut saut prémi et franchement bien qu'ayant été conditionné pour passer la portière, puis ensuite compter 331.....332.....333, puis vérification de coupolle, tour d'horizon etc...
Je me souviens très bien ne rien avoir fait de cela, j'ai passé l portière, pris la position d'ouverture et............................................ attendu que le pépin s'ouvre, si cela ne c'était pas fait je crois que je me serait écrasé comme un m...e, sans m'en rendre compte. J'ai moi aussi à mon quatième sauts prémi eu droit au tour gratuit pour dépassement de la DZ, mais en Transal, un petit aveu, j'avais tellement la trouille de rester coincé que j'ai fait signe au largeur de me pousser au cas ou et je ne sais toujours pas s'il la fait ou non.

Ponpon poussez pas largueur j'ai ...............................................
Revenir en haut Aller en bas
GIPEGE
membre confirmé
membre confirmé


Masculin
Nombre de messages : 246
Age : 73
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 15/07/2010

MessageSujet: Re: BROUSSARD   Sam 31 Juil - 19:21

+1 Je n'étais jamais monté en avion avant mon 1° Saut depuis un NORATLAS. Si quelque chose avait cloché, à tous les coups, je me plantais!
par la suite, j'ai pu faire un tour en "PIPER" et je dois avouer que j'ai eu une trouille terrible quand le pilote a réduit le moteur, j'ai cru que l'avion s'arrêtait en plein vol; ensuite la piste approchait beaucoup trop vite pour moi! Heureusement, ça c'est arrangé depuis, mais je m'étais longtemps juré de ne plus jamais atterrir avec l'avion.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BROUSSARD   Aujourd'hui à 1:17

Revenir en haut Aller en bas
 
BROUSSARD
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BROUSSARD
» Balade en Broussard - mai 1963
» MH 1521 "Broussard"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LES MATERIELS ET LES MOYENS :: MATERIELS/MOYENS DE TRANSPORTS :: Aérien-
Sauter vers: