Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Athos79
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6642
Age : 77
Emploi : retraité
Date d'inscription : 29/04/2014

MessageSujet: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Jeu 7 Jan - 15:19

DE SOURCE "  DREUZ INFO
Dreuz est un site américain francophone, chrétien, pro-israélien et néo-conservateur, hostile aux extrêmes et au racisme.

-----------------HUBERT THE MAQUIZARD---------------

-------------------
lol!  lol!  lol! Habituez-vous à la nouvelle Europe : en Allemagne, des femmes « chassées comme du gibier » par des migrants et réfugiés
PUBLIÉ PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 6 JANVIER 2016
Embed from Getty Images




Cologne, Hambourg, Stuttgart… la police et les Allemands inquiets après une nouvelle série d’agressions sexuelles le soir du réveillon du nouvel An dans plusieurs villes allemandes, toutes sur le même modèle : des meutes d’hommes d’origine arabe et africaine pourchassent, harcèlent sexuellement, volent, violent des jeunes femmes.

Mise à jour le 7 janvier à 06:15 : nous apprenons de nos contacts en Allemagne que dans un premier temps, la presse allemande, qui est de gauche comme partout, a publié à contre cœur et discrètement que les agresseurs sexuels sont des réfugiés récemment arrivés. Puis, quand l’affaire a pris de l’ampleur et que plusieurs villes ont été touchées par le nouveau fléau, les médias ont tenté de minimiser. Et quand ce fut impossible, ils ont commencé à affirmer « qu’on ne sait pas exactement qui sont les prédateurs » – en déni total de la réalité, car 7 des personnes arrêtées par la police depuis les incidents sont des réfugiés – c’est la phase actuelle.

L’Allemagne découvre avec effarement les bienfaits d’une population réfugiée musulmane misogyne, homophobe, et éduquée dans l’idée qu’une femme doit être soumise aux désirs des hommes.

L’Allemagne qui accélère son suicide (son très faible taux de natalité a déjà signé sa volonté de disparaitre) a accueilli les bras ouverts une population de réfugiés mâles arrivés sans femmes – et nous avions annoncé que cela ne pouvait pas ne pas poser des problèmes de viols, car ces hommes ont besoin de satisfaire leurs besoins sexuels, et si dans leurs pays ils sont freinés par les burqas, ils ne sont pas habitués aux mini-jupes et tenues occidentales qu’ils considèrent comme une invite.


L’Allemagne peut toujours feindre de se plaindre de la situation explosive, mais quand on est con on est con, et ça se paye. Et il faut vraiment être sacrément con pour ne pas avoir vu venir ce qui arrive. Con ou politiquement correct, cela revient au même rejet du bon sens.

Donc. Pendant la nuit de la Saint-Sylvestre, plusieurs dizaines de femmes ont été agressées sexuellement par des groupes composés de centaines d’hommes musulmans, dans plusieurs grandes villes, rapporte la police et quelques médias.

A Cologne, le chef de la police, Wolfgang Albers a déclaré au Süddeutsche Zeitung que « l’ampleur des crimes sexuels a atteint une dimension jamais atteinte », laissant au lecteur le soin d’imaginer cette nouvelle dimension…


Albers confirme au quotidien allemand – et c’est bienvenu car la plupart des journalistes travaillent dur pour enterrer la réalité contraire à leur idéologie xénophile, que les agresseurs étaient nord-africains et arabes, selon les victimes et les témoins.

Quelques rares médias (en Allemagne, tous les médias ne sont pas en état avancé de décomposition morale comme en France) affirment que de « meutes d’hommes » s’en sont pris à des femmes, parfois très jeunes.

A Cologne, elles ont été dérobées de leurs téléphones, argent et effets personnels, violées, agressées, harcelées, principalement près de la gare principale de Cologne.

Près de la gare centrale et de la place de la Cathédrale, 400 à 500 hommes jeunes d’origine nord africaine, tunisiens, marocains et algériens dans la vingtaine selon la police, ont commencé à faire éclater des pétards dans la foule…

Pour l’instant, nous avons reçu 60 plaintes, dont deux tiers concernent des agressions sexuelles, a déclaré la police, qui suspecte qu’un plus grand nombre va suivre : « les agressions sont d’une toute nouvelle envergure », a déclaré le chef de la police de Cologne Wolfgang Albers.

Environ 15 jeunes femmes ont déclaré avoir été sexuellement agressées, et il y a même eu un cas de « viol par plusieurs hommes » a déclaré Albers.

Une volontaire de la police se trouve même parmi les femmes qui ont été sexuellement agressées, rapporte The Guardian.

Des groupes d’hommes de 15 à 35 ans se sont regroupés pour voler et harceler des jeunes femmes. Ils se sont livrés à des attouchements, a précisé Albers, au point que le maire de Cologne a immédiatement réuni une cellule de crise.

143 officiers de police furent envoyés à la gare centrale pour donner renfort aux 70 policiers fédéraux déjà sur place. Selon le commissaire de police Wolfgang Wurm, les victimes et les témoins ont tous déclaré que la plupart des agresseurs « semblaient venir d’Afrique du nord et avaient l’apparence arabe ».

Le maire de Cologne, Henriette Reker a d’abord décrit les évènements comme « outrageants ». Mais plus tard, lors d’une conférence de presse, elle a accusé les jeunes femmes agressées d’être responsables de leur sort en raison de leur comportement, qui devrait être adapté à la présence et à la culture de ces nouveaux venus en restant à distance des agresseurs. Elle a mis en cause les tenues vestimentaires féminines, qui provoquent l’appétit sexuel de ces étrangers venant de pays musulmans, tout cela pour ne pas avoir à désigner les vrais coupables et rester politiquement correcte.

A Hambourg, Bild parle de « chasse aux jeunes femmes comme du gibier» par des hordes musulmanes sauvages, dans la Reeperbahn, la rue animée de Hambourg.

Plusieurs groupes d’environ 5 à 15 hommes se sont littéralement engagés dans « une chasse aux jeunes femmes comme on chasse du gibier ».

Le premier incident s’est produit vers minuit dans Hans-Albers-Platz et Grosse Freiheit. Selon des témoins, la plupart des agresseurs étaient des jeunes étrangers probablement nord africains qui se sont mis en bandes pour harceler des jeunes femmes, d’abord verbalement en les traitant de « salopes », « vicieuses », « putes ». Puis les proies étaient entourées, puis violentées et volées. Les hommes se sont livrés à des attouchements, attrapant la poitrine et le sexe de leurs proies.

Les téléphones des jeunes femmes portables furent volés, rapporte le porte parole de la police Holger Vehren: « pour l’instant, sur les 6 plaintes que nous avons enregistré, les victimes ont entre 18 et 24 ans… » mais il semble qu’il y ait beaucoup, beaucoup plus de victimes.

Beaucoup sortaient de clubs ou de pubs, et ont commencé à paniquer puis à éclater en sanglot, et de honte, n’ont pas alerté la police.

Denise, 17 ans (le prénom a été changé) déclare : « Deux amies à moi ont été attaquées. Des filles étaient pourchassées comme on chasse des animaux. Qu’une chose pareille soit possible à Hambourg me rend malade. Maintenant on a peur de faire la fête dans le quartier. «

D’autres jeunes femmes, sur les réseaux sociaux, avouent avoir été attouchées sous leurs jupes, et si elles résistaient, les agresseurs leurs immobilisaient les poignets.

La police a ouvert une enquête pour harcèlement sexuel, vol et agression.

Puis les meutes se rendirent dans les rues de Reeperbahn et continuèrent leurs actes de barbarie, qui ressemblent, est-ce une coïncidence, aux récits de razzias et de conquêtes de l’islam contre les peuples dont les terres, les richesses étaient convoitées.

La police a fait un appel à témoins qui sont priés d’appeler le 040/4 28 65 67 89.

A Stuttgart, deux jeunes filles ont été sexuellement violentées par un groupe d’hommes, puis volées et frappées, témoigne le magazine Focus citant la police municipale.

Deux jeunes filles de 18 ans marchaient dans Schlossplatz vers 23h30 quand elles furent soudainement encerclées par environ 15 hommes qui les empêchèrent de s’enfuir. Ils se sont alors livrés à des attouchements, et leur ont dérobé leurs smartphones et leurs sacs. Elles doivent de ne pas avoir été violées à la présence de passants qui leur ont permis de partir en courant.

Dans un communiqué, la police a lancé cet appel à témoin pour retrouver les perpétrateurs : « il s’agit d’Arabes de type nord africains aux cheveux noirs, agés d’environ 30 à 40 ans. Les gens qui sont venus en aide des jeunes femmes, et les autres témoins de l’incident sont priés de se faire connaitre auprès des autorités du département d’enquêtes criminelles aux numéros suivants : 8990/5778. »

“nous avons compris que tout ceci a été planifié”

Arnold Plickert, président d’un syndicat policier de NRW (Nord Rhin Westphalie), a déclaré au Deutsche Presse Agentur que les agressions étaient “d’un genre nouveau … et ce que nous avons compris, c’est que tout ceci a été planifié.”

Mais rassurez-vous, devant l’évidence, il se trouve aussi en Allemagne de nombreux journalistes complices et franchement abjectes qui affirment « qu’il n’existe aucune preuve pour le moment que les réfugiées soient les auteurs de cette nouvelle violence ». Ces mêmes journalistes sont les premiers à condamner l’extrême droite sans s’embarrasser de la moindre preuve ni précaution, lorsque l’occasion se présente. Ainsi, ils accusèrent les sympathisants de Pegida d’être des néo-nazis et des extrémistes de droite, ce qu’une étude universitaire sérieuse montra être un mensonge – sans qu’aucun média n’en tienne compte et ne revisite sa diabolisation du mouvement.

Globalement, la presse française est restée très discrète, car elle est très engagée dans la propagande immigrationniste. Quand les possibilités de minimiser les actes barbares commis par des immigrés ne sont pas nombreuses, alors ils « oublient » d’en parler, ou leur trouvent des excuses : désespoir comme pour les agressions contre les Israéliens, rejet social comme les terroristes français, précarité pour les réfugiés et migrants en Allemagne, et silence radio pour ceux de Calais, où la population semble vivre un drame sans précédent, et est laissée à l’abandon pour ne pas déroger à la règle politiquement correcte.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.
----------------------------------- lol!
Revenir en haut Aller en bas
arwen
modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3426
Age : 62
Emploi : Secrétaire
Date d'inscription : 20/10/2009

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Jeu 7 Jan - 16:39


___________________________________ ____________________________________

Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option !
Revenir en haut Aller en bas
Athos79
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6642
Age : 77
Emploi : retraité
Date d'inscription : 29/04/2014

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Jeu 7 Jan - 18:24




De mieux en Mieux : Selon A Merkel , il faut accepter que les migrants soient plus criminalisés ..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Jeu 7 Jan - 19:56

Nous avons éradiqué Hiler quand allons nous éradiquer Merkel ? le plus tôt sera le mieux, nous avons gagné en 45 nous sommes en train de perdre en 2016 .
Revenir en haut Aller en bas
Athos79
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6642
Age : 77
Emploi : retraité
Date d'inscription : 29/04/2014

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Jeu 7 Jan - 20:08

Source : Nouveau Detective
=================
Viols a Versailles * Yvelines
==========
Versailles : trois migrants tentent de violer une jeune femme dans un train
===============
Maxime-T 7 janvier 2016 News
===============
Un voyage terrifiant, traumatisant. C’est ce qu’a vécu Cindy, 28 ans, dans un train reliant Versailles à Dreux, le 9 décembre dernier.

Nous n’apprenons les faits qu’aujourd’hui. Selon le Parisien qui révèle l’information, mercredi 9 décembre, Cindy quitte son poste dans une supérette de Versailles. La jeune femme de 28 ans, rentre chez elle en train comme à son habitude. Seulement ce soir, le wagon dans lequel elle monte, est quasi vide. Il n’y a qu’un groupe d’une dizaine d’hommes.

Cindy s’assoit. Mais à peine les portes fermées, trois membres du groupe s’approchent d’elle. Cindy change alors de place mais rien n’y fait. Le trio la suit. Cindy, tétanisée, ne bouge plus sur sa banquette. C’est alors que tout bascule. L’un des trois hommes se livre à des attouchements sur la jeune femme. Le second, l’étrangle à l’aide d’une écharpe. Le troisième sort un couteau de sa poche et lui flanque au visage, en guise de menace. L’odieuse bande ne s’arrête pas là et commence à déshabiller Cindy ! A cet instant, la jeune femme se croit perdue, abandonnée. Le viol semble inévitable…

Mais le train stoppe à une gare. Un passager s’engouffre dans le wagon. Il sera le sauveur de Cindy ! Sans réfléchir, l’homme parvient à extraire la jeune femme des griffes de ses agresseurs. Gare d’Houdan (Yvelines), Cindy et lui descendent du train. Ils se réfugient dans un restaurant. Cindy peut enfin souffler. Le pire a été évité de justesse.

Alertée, la brigade des transports, a été chargée des investigations et celle-ci ne met pas longtemps pour arrêter les fuyards. A l’aide de caméras de surveillance, elle remonte jusqu’à un groupe d’Afghans, montés dans le train à Paris, gare Montparnasse. Ces hommes, des migrants, partagent une chambre dans un foyer Adoma d’Ile-de-France.

Le 17 décembre, deux d’entre eux ont été interpellés et placés en garde à vue. Il s’agit d’un homme de 21 ans et d’un autre de 45 ans. Cindy les a formellement identifiés. Le 19 décembre, ils ont été mis en examen pour tentative de viol avant d’être écroués. Reste le troisième suspect, en liberté. Ce dernier est toujours recherché par la police. L’enquête a été confiée à un juge d’instruction.

Pour sa part, Cindy essaie aujourd’hui de tourner la page et de se remettre de cette agression. Les médecins lui ont accordés 10 jours d’ITT.

Source : Le Parisien


Revenir en haut Aller en bas
arwen
modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3426
Age : 62
Emploi : Secrétaire
Date d'inscription : 20/10/2009

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Jeu 7 Jan - 20:46

Et combien malheureusement qu'on ne nous dit pas...

___________________________________ ____________________________________

Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option !
Revenir en haut Aller en bas
frenchbatt
membre confirmé
membre confirmé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1736
Age : 52
Emploi : vache à lait
Date d'inscription : 19/02/2012

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Jeu 7 Jan - 20:58




___________________________________ ____________________________________

se défendre est un droit. croire le contraire est déja un acte de soumission ... 
Revenir en haut Aller en bas
Athos79
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6642
Age : 77
Emploi : retraité
Date d'inscription : 29/04/2014

MessageSujet: A MERKEL - DURCI LES POSITIONS SUR LES EPULSIONS,   Dim 10 Jan - 11:00

De Source : Le Monde..
==========


Edité par HUBERT THE MAQUIZARD.
---------------------------------------


Alors que le scandale de centaines d’agressions de femmes lors du Nouvel An à Cologne secoue l’Allemagne, la chancelière Angela Merkel s’est prononcée samedi 9 janvier en faveur d’un très net durcissement des règles d’expulsion de demandeurs d’asile condamnés par la justice, l’autorisant même pour ceux condamnés à une peine avec sursis.

« Si des réfugiés ont commis un délit », cela doit « avoir des conséquences, (…) cela veut dire que le droit [de séjour] doit s’arrêter s’il y a une peine de réclusion ou même avec sursis », a déclaré Mme Merkel, faisant référence aux agressions sexuelles survenues le soir de la Saint-Sylvestre à Cologne (Ouest), qui impliqueraient des demandeurs d’asile.

Lors d’une réunion à Mayence (Sud-Ouest), la direction du parti conservateur de la chancelière CDU s’est accordée pour demander que la perte du droit d’asile en Allemagne soit plus systématique en cas de délit. Cette position doit désormais être discutée avec l’autre grand parti présent dans la coalition gouvernementale à Berlin, les sociaux-démocrates du SPD.

Lire aussi : 5 questions sur les agressions massives de femmes lors du Nouvel An à Cologne

Modification de la loi

« Il est important que là où la loi n’est pas suffisante, elle soit modifiée », a déclaré Mme Merkel lors d’une conférence de presse, y voyant là aussi « l’intérêt de la grande majorité des réfugiés ».

A ce jour, selon la loi allemande, l’expulsion d’un demandeur d’asile n’a lieu qu’après une condamnation à au moins trois ans de prison, mais à la condition que sa vie ou sa santé ne soient pas menacées dans son pays d’origine.

Lire aussi : Après Cologne, Merkel durcit le ton sur les réfugiés

En fin de journée samedi, la police de Cologne a annoncé que le nombre de plaintes liées aux violences dans la ville durant la nuit du Nouvel An avait grimpé à 379. Les suspects sont principalement des « demandeurs d’asile » ou des « immigrés en situation illégale », a ajouté la police.

L’extrême droite allemande a tenté samedi de tirer profit à Cologne de l’émoi suscité par les violences dans cette ville rhénane, le tout dans une atmosphère très tendue. Au bout de trois heures de rassemblement, la police, cible de jets de bouteilles et de pétards, a finalement fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogène. Les débordements ont fait quatre blessés légers selon les forces de l’ordre.

L’Allemagne a vu affluer en 2015 1,1 million de demandeurs d’asile, et les violences du Nouvel An à Cologne ont créé un choc dans le pays, faisant croître les critiques à l’égard de la politique d’ouverture aux demandeurs d’asile suivie depuis septembre par la chancelière.
Revenir en haut Aller en bas
arwen
modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3426
Age : 62
Emploi : Secrétaire
Date d'inscription : 20/10/2009

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Dim 10 Jan - 11:19

et c'est pas fini...

___________________________________ ____________________________________

Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option !
Revenir en haut Aller en bas
Athos79
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6642
Age : 77
Emploi : retraité
Date d'inscription : 29/04/2014

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Dim 10 Jan - 11:20

SOUURCE : LE MONDE
PAR Cécile Bouanchaud.
===========
LES CINQ QUESTIONS SUR LES AGRESSIONS DES FEMMES A COLOGNE
-----------
EDITE PAR  HUBERT THE MAQUIZARD
---------
-5 questions sur les agressions massives de femmes lors du Nouvel An à Cologne
---------------------
Le Monde.fr | 08.01.2016 à 18h35 • Mis à jour le 08.01.2016 à 19h17 |
Par Cécile Bouanchaud
Des agressions, notamment sexuelles, survenues la nuit de la Saint-Sylvestre, près de la gare centrale de Cologne, scandalisent l’Allemagne. Selon les témoins et les premiers éléments de l’enquête, elles auraient été commises par des hommes décrits comme « d’origine arabe et nord-africaine ».
---------
5 questions sur les agressions massives de femmes lors du Nouvel An à Cologn

Révélées à mesure que s’accumulaient les plaintes des victimes, ces agressions ont entraîné une série d’arrestations, le limogeage du chef de la police de Cologne et un vif débat qui prend un tour résolument politique.

Que s’est-il passé la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne ?


Des milliers de personnes déambulent dans le centre-ville de Cologne. Selon un rapport des forces de l’ordre, des rixes, vols et agressions sexuelles débutent dès 21 h 45, entre la gare centrale et la cathédrale, entraînant une première intervention des policiers, qui ne mettra pour autant pas un terme aux infractions.

Une heure plus tard, l’esplanade à proximité de la gare ne désemplit pas, a rapporté le journal Bild, et les femmes « accompagnées ou non, doivent effectuer une véritable “course d’obstacles” pour traverser la place de la gare », sans se faire importuner.

Sous couvert d’anonymat, des policiers, présents au moment des faits, parlent de « plus de 2 000 personnes, presque toutes d’origine arabe, réparties dans un rayon de deux kilomètres autour de la gare centrale », a rapporté Welt am Sonntag, un journal classé à droite.

Des faits confirmés par un rapport de la police de Cologne daté du 2 janvier, que le quotidien a pu se procurer. Au départ, le ministre fédéral de la justice parlait, lui, de mille personnes.

Peu après minuit, les forces de l’ordre présentes sur place sont dépassées. Des individus, ivres pour la plupart, jettent des pétards et des feux d’artifice dans la foule depuis le sommet des marches du parvis de la cathédrale, provoquant une première intervention des forces de l’ordre.

Les individus dispersés dans le noir en petits groupes de vingt à quarante personnes s’en prennent alors aux femmes. « Ils se sont mis à nous agresser, nous prenant l’entrejambe, touchant nos décolletés, sous les manteaux », a rapporté une victime à la chaîne d’information en continu N-TV. De nombreuses autres victimes ont fait des récits identiques. « Je n’avais encore jamais vu autant de femmes en larmes », a décrit Steffi, travailleuse sociale de 31 ans, interrogée par le quotidien Süddeutsche Zeitung.

Où en est l’enquête ?

La cathédrale de Cologne, en Allemagne, le 7 janvier 2016.
Au total, 170 plaintes liées ont été déposées. On sait aujourd’hui qu’environ les trois quarts d’entre elles font état d’agressions sexuelles, dont deux viols.

Les suspects identifiés à ce jour sont en majorité des réfugiés, a affirmé, vendredi, le gouvernement allemand. Selon un porte-parole du ministère de l’intérieur, la police fédérale effectue des vérifications sur 31 « suspects », dont 18 demandeurs d’asile, pour des violences et vols. Le ministère ne fait pas état de suspects en ce qui concerne les agressions sexuelles.

De son côté, la police de Cologne évoque 16 suspects identifiés pour des faits de violences sexuelles. Faute de communication coordonnée, et en raison, à Cologne, d’une communication très restrictive et de ce fait controversée des forces de l’ordre, il est impossible de savoir si certains de ces chiffres se recoupent ou s’ajoutent.

La chaîne publique de la région de Cologne, WDR, a affirmé que deux interpellations ont eu lieu, avant que les suspects soient remis en liberté. Selon ce média, les policiers ont découvert sur les téléphones portables de ces deux hommes des images vidéo du soir du Réveillon montrant des agressions.

Pourquoi l’affaire n’a-t-elle été rendue publique que tardivement ?

Les forces de l'ordre devant la gare de Cologne, en Allemagne, le 6 janvier 2016.
Selon un rapport de police, les forces de l’ordre ont été totalement dépassées, ne prenant pas la mesure des événements. Si bien que, le lendemain de la nuit de la Saint-Sylvestre, la police de Cologne a d’abord dressé un « bilan positif » de la soirée. « Comme l’an passé, les festivités sur les ponts du Rhin, dans le centre de Cologne et de Leverkusen se sont déroulées de façon pacifique », a ainsi annoncé, samedi 1er janvier, le communiqué officiel des forces de l’ordre.

Les premières plaintes ont été déposées dès le samedi après-midi, une trentaine étant enregistrées. Lundi, le chiffre a doublé, avec soixante plaintes. La police s’est alors décidée à communiquer. Mais il aura fallu attendre mardi pour que les autorités politiques prennent l’ampleur des événements.

Jeudi, la presse publie des extraits d’un autre rapport sur l’intervention des forces de l’ordre. Un récit qui détaille des violences bien plus graves que les autorités ne l’avaient reconnu jusqu’à présent. Selon ce document, qu’ont pu se procurer Bild et Spiegel Online, la place de la Gare s’est transformée en un lieu de violence et de peur, où la police, totalement dépassée, s’est montrée incapable de contrôler les diverses agressions, vols et attaques aux bouteilles et feux d’artifice contre les passants.

Comment la classe politique a-t-elle réagi ?

La chancelière allemande Angela Merkel, le 7 janvier 2016, à Berlin.
Mardi, le ministre allemand de l’intérieur, Thomas de Maizière, a critiqué l’inaction des policiers le soir des agressions :

« La police ne peut pas travailler de cette manière. Il n’est pas possible que la place soit évacuée et qu’ensuite les agressions aient lieu ».
Après avoir fait part de son indignation alors que l’affaire commençait à prendre de l’ampleur, la chancelière Angela Merkel a jugé que les incidents du Nouvel An posaient de « très sérieuses questions qui vont au-delà de Cologne ». Ces incidents sont-ils liés à « des modèles de comportement collectifs » particuliers ? « Y-a-t-il quelque chose de l’ordre de la misogynie ? », s’est interrogée Mme Merkel.

« Dans le cas des personnes issues de l’immigration, il y a certes un patient travail d’intégration à mener mais il faut aussi des règles claires, si nécessaire des sanctions et dans le cas de potentiels délits, naturellement toute la rigueur de la justice et de la dissuasion », a plaidé Julia Klöckner, la vice-présidente de la CDU, parti conservateur de Mme Merkel, dans une interview au quotidien Die Welt.

Le parti populiste Alternative für Deutschland (AfD) profite de ce que certains médias ont baptisé « le scandale de la Saint-Sylvestre » pour alimenter son discours anti-migrants. Jörg Meuthen, porte-parole adjoint du parti, estime que « les migrants qui […] n’ont visiblement aucun scrupule ou mauvaise conscience à s’en prendre à des femmes sont très dangereux et démontrent leur absence de volonté d’intégration ».

Lire aussi : Après Cologne, Merkel durcit le ton sur les réfugiés

Quelles suites vont donner les autorités ?

Le débat national se focalise sur la présence de réfugiés parmi les auteurs des troubles alors que le pays a accueilli, en 2015, un nombre record de 1,1 million de demandeurs d’asile et que cet afflux massif suscite l’inquiétude grandissante d’une partie de l’opinion.

Jeudi 7 janvier, Mme Merkel s’est dite prête à examiner « si tout ce qui est nécessaire a été fait en matière de modalités d’expulsion pour envoyer un signal clair à tous ceux qui ne veulent pas respecter nos règles de droit ».

La loi allemande conditionne, à l’heure actuelle, l’expulsion d’un demandeur d’asile pendant l’examen de son dossier à une condamnation d’au moins trois ans de prison. A la condition supplémentaire que sa vie ou sa santé ne soient pas menacées dans son pays d’origine.

Cécile Bouanchaud
Journaliste au Monde

Révélées à mesure que s’accumulaient les plaintes des victimes, ces agressions ont entraîné une série d’arrestations, le limogeage du chef de la police de Cologne et un vif débat qui prend un tour résolument politique.

Que s’est-il passé la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne ?


Des milliers de personnes déambulent dans le centre-ville de Cologne. Selon un rapport des forces de l’ordre, des rixes, vols et agressions sexuelles débutent dès 21 h 45, entre la gare centrale et la cathédrale, entraînant une première intervention des policiers, qui ne mettra pour autant pas un terme aux infractions.

Une heure plus tard, l’esplanade à proximité de la gare ne désemplit pas, a rapporté le journal Bild, et les femmes « accompagnées ou non, doivent effectuer une véritable “course d’obstacles” pour traverser la place de la gare », sans se faire importuner.

Sous couvert d’anonymat, des policiers, présents au moment des faits, parlent de « plus de 2 000 personnes, presque toutes d’origine arabe, réparties dans un rayon de deux kilomètres autour de la gare centrale », a rapporté Welt am Sonntag, un journal classé à droite.

Des faits confirmés par un rapport de la police de Cologne daté du 2 janvier, que le quotidien a pu se procurer. Au départ, le ministre fédéral de la justice parlait, lui, de mille personnes.

Peu après minuit, les forces de l’ordre présentes sur place sont dépassées. Des individus, ivres pour la plupart, jettent des pétards et des feux d’artifice dans la foule depuis le sommet des marches du parvis de la cathédrale, provoquant une première intervention des forces de l’ordre.

Les individus dispersés dans le noir en petits groupes de vingt à quarante personnes s’en prennent alors aux femmes. « Ils se sont mis à nous agresser, nous prenant l’entrejambe, touchant nos décolletés, sous les manteaux », a rapporté une victime à la chaîne d’information en continu N-TV. De nombreuses autres victimes ont fait des récits identiques. « Je n’avais encore jamais vu autant de femmes en larmes », a décrit Steffi, travailleuse sociale de 31 ans, interrogée par le quotidien Süddeutsche Zeitung.

Où en est l’enquête ?

La cathédrale de Cologne, en Allemagne, le 7 janvier 2016.

Au total, 170 plaintes liées ont été déposées. On sait aujourd’hui qu’environ les trois quarts d’entre elles font état d’agressions sexuelles, dont deux viols.

Les suspects identifiés à ce jour sont en majorité des réfugiés, a affirmé, vendredi, le gouvernement allemand. Selon un porte-parole du ministère de l’intérieur, la police fédérale effectue des vérifications sur 31 « suspects », dont 18 demandeurs d’asile, pour des violences et vols. Le ministère ne fait pas état de suspects en ce qui concerne les agressions sexuelles.

De son côté, la police de Cologne évoque 16 suspects identifiés pour des faits de violences sexuelles. Faute de communication coordonnée, et en raison, à Cologne, d’une communication très restrictive et de ce fait controversée des forces de l’ordre, il est impossible de savoir si certains de ces chiffres se recoupent ou s’ajoutent.

La chaîne publique de la région de Cologne, WDR, a affirmé que deux interpellations ont eu lieu, avant que les suspects soient remis en liberté. Selon ce média, les policiers ont découvert sur les téléphones portables de ces deux hommes des images vidéo du soir du Réveillon montrant des agressions.

Pourquoi l’affaire n’a-t-elle été rendue publique que tardivement ?

Les forces de l'ordre devant la gare de Cologne, en Allemagne, le 6 janvier 2016.
Selon un rapport de police, les forces de l’ordre ont été totalement dépassées, ne prenant pas la mesure des événements. Si bien que, le lendemain de la nuit de la Saint-Sylvestre, la police de Cologne a d’abord dressé un « bilan positif » de la soirée. « Comme l’an passé, les festivités sur les ponts du Rhin, dans le centre de Cologne et de Leverkusen se sont déroulées de façon pacifique », a ainsi annoncé, samedi 1er janvier, le communiqué officiel des forces de l’ordre.

Les premières plaintes ont été déposées dès le samedi après-midi, une trentaine étant enregistrées. Lundi, le chiffre a doublé, avec soixante plaintes. La police s’est alors décidée à communiquer. Mais il aura fallu attendre mardi pour que les autorités politiques prennent l’ampleur des événements.

Jeudi, la presse publie des extraits d’un autre rapport sur l’intervention des forces de l’ordre. Un récit qui détaille des violences bien plus graves que les autorités ne l’avaient reconnu jusqu’à présent. Selon ce document, qu’ont pu se procurer Bild et Spiegel Online, la place de la Gare s’est transformée en un lieu de violence et de peur, où la police, totalement dépassée, s’est montrée incapable de contrôler les diverses agressions, vols et attaques aux bouteilles et feux d’artifice contre les passants.

Comment la classe politique a-t-elle réagi ?

La chancelière allemande Angela Merkel, le 7 janvier 2016, à Berlin.
Mardi, le ministre allemand de l’intérieur, Thomas de Maizière, a critiqué l’inaction des policiers le soir des agressions :

« La police ne peut pas travailler de cette manière. Il n’est pas possible que la place soit évacuée et qu’ensuite les agressions aient lieu ».
Après avoir fait part de son indignation alors que l’affaire commençait à prendre de l’ampleur, la chancelière Angela Merkel a jugé que les incidents du Nouvel An posaient de « très sérieuses questions qui vont au-delà de Cologne ». Ces incidents sont-ils liés à « des modèles de comportement collectifs » particuliers ? « Y-a-t-il quelque chose de l’ordre de la misogynie ? », s’est interrogée Mme Merkel.

« Dans le cas des personnes issues de l’immigration, il y a certes un patient travail d’intégration à mener mais il faut aussi des règles claires, si nécessaire des sanctions et dans le cas de potentiels délits, naturellement toute la rigueur de la justice et de la dissuasion », a plaidé Julia Klöckner, la vice-présidente de la CDU, parti conservateur de Mme Merkel, dans une interview au quotidien Die Welt.

Le parti populiste Alternative für Deutschland (AfD) profite de ce que certains médias ont baptisé « le scandale de la Saint-Sylvestre » pour alimenter son discours anti-migrants. Jörg Meuthen, porte-parole adjoint du parti, estime que « les migrants qui […] n’ont visiblement aucun scrupule ou mauvaise conscience à s’en prendre à des femmes sont très dangereux et démontrent leur absence de volonté d’intégration ».

Lire aussi : Après Cologne, Merkel durcit le ton sur les réfugiés

Quelles suites vont donner les autorités ?

Le débat national se focalise sur la présence de réfugiés parmi les auteurs des troubles alors que le pays a accueilli, en 2015, un nombre record de 1,1 million de demandeurs d’asile et que cet afflux massif suscite l’inquiétude grandissante d’une partie de l’opinion.

Jeudi 7 janvier, Mme Merkel s’est dite prête à examiner « si tout ce qui est nécessaire a été fait en matière de modalités d’expulsion pour envoyer un signal clair à tous ceux qui ne veulent pas respecter nos règles de droit ».

La loi allemande conditionne, à l’heure actuelle, l’expulsion d’un demandeur d’asile pendant l’examen de son dossier à une condamnation d’au moins trois ans de prison. A la condition supplémentaire que sa vie ou sa santé ne soient pas menacées dans son pays d’origine.

Cécile Bouanchaud
Journaliste au Monde
Revenir en haut Aller en bas
Athos79
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6642
Age : 77
Emploi : retraité
Date d'inscription : 29/04/2014

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Dim 10 Jan - 11:58

SOURCE ; E.MAIL PERSO - CE QUI CIRCULE SUR LE NET AU GRAND DAM DES AUTORITES - COMME L'ON AIMERAIT QUE TOUT RESTE SECRET
=====================n
>
>  Chassés, pousuivis en Allemagne, ou vont-ils aller, quel sera leur prochain pays d'accueil ? ?????

Subject: Bientôt dans votre ville ... merci qui ???

Culottes, bas et collants arrachés à Cologne par plus de 1000 migrants

Au même moment où les vœux de la Nouvelle Année de Merkel apparaissaient aussi traduits en arabe (une nouveauté du gouvernement allemand) sur le site de la ZDF pour aider les migrants (plus d’un million sont arrivés en Allemagne en 2015) venus de Syrie et d’autres pays musulmans à mieux s’intégrer en 2016, plus de 90 femmes ont été violemment agressées sexuellement (pour certaines, culottes, bas, collants, arrachés)  à la gare de Cologne. La Police n’a pas bougé et les responsables politiques, Merkel compris, se limitent à condamner par des déclarations ces attaques réalisées en groupe.
>
> Ces attaques, selon les dires de la police allemande, « menées par des Nord-Africains en troupeau » ou en sections spéciales car organisées pour mettre leurs mains dans, toujours selon les déclarations de la police allemande, « tous les orifices ouverts des femmes », est une première en Allemagne.
>
> Le ministre de l’Intérieur du Land de La Rhénanie-du-Nord Ralf Jäger (SPD) dénonce ces nuits de violences sexuelles à Cologne, « nous n’acceptons pas de voir des groupes d’hommes issus d’Afrique du Nord s’organiser en groupes d’hommes pour attaquer sexuellement des femmes sans défense. La police doit maintenant montrer sa présence. »
>
> Une femme témoigne de cette nuit, "quand je suis arrivée à la gare en train, je me suis sentie, à peine descendue du train, comme dans un pays étranger. Partout j’ai vu des femmes se faire insulter et se faire tripoter. Je n’ai jamais vu autant de femmes en train de pleurer et d’avoir aussi peur."
>
>
> Les femmes doivent s’adapter.
> Henriette Reker  , élue maire de Cologne, vient de demander aux femmes allemandes de respecter maintenant un code de conduite qui va être bientôt publié sur le Net par la mairie de Cologne. La mairie de Cologne va publier sur le Net un code auquel les femmes allemandes devront se conformer avant d’aller dans la rue.« C’est nécessaire de le publier pour que de telles scènes ne se reproduisent plus », explique Henriette Reker et rajoute, « les femmes doivent apprendre à se tenir à la distance d’un bras des étrangers.»
>
> Hambourg.
> Ailleurs en Allemagne, les mêmes actes ont été observés pour le Nouvel An, notamment à Hambourg où des femmes ont été attaquées sexuellement dans plusieurs endroits de la ville. Le nombre des victimes n’a pas été encore publié.
>
> Le peuple s’arme.
> Faudra t'il en passer par là, chez nous, en France ?
> Maintenant des milices de citoyens allemands descendent dans les rues pour chasser du Nord-Africain, du migrant, car la police publie maintenant les descriptions des auteurs des faits en évoquant l’origine.
Revenir en haut Aller en bas
Athos79
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6642
Age : 77
Emploi : retraité
Date d'inscription : 29/04/2014

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Dim 10 Jan - 17:21

Source  Tweeter et la Presse :Montreal -QC-CA
------------------
Publié le 10 janvier 2016 à 11h03 | Mis à jour à 11h03
Hambourg: 133 plaintes déposées pour agression au Jour de l'An
Une femme regarde les décorations de Noël installées... (PHOTO BODO MARKS, AFP/DPA)
----------

Une femme regarde les décorations de Noël installées à l'hôtel de ville d'Hambourg, le 22 décembre.

BERLIN
Quelque 133 plaintes ont été déposées en Allemagne pour des agressions, y compris à caractère sexuel, commises le soir du Jour de l'An à Hambourg (nord), au même moment que les attaques survenues à Cologne (ouest), a indiqué dimanche la police.

Pour l'heure, aucun suspect n'a été identifié pour ces agressions qui se sont produites essentiellement sur l'avenue du Reeperbahn dans le quartier de Sankt-Pauli.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de la police de Hambourg a précisé qu'il ne s'agissait pas uniquement de plaintes pour agression sexuelle.

« Pour le moment, nous avons des descriptions diverses » des auteurs des faits, a-t-il ajouté, citant des descriptions d'hommes « d'apparence africaine, arabe et sud-européenne ».

La place centrale de Cologne a été le théâtre le soir de la Saint-Sylvestre d'attaques de la part d'hommes en bande, essentiellement à l'encontre de femmes, ce qui a suscité l'émoi en Allemagne. Pour l'heure, presque 400 plaintes ont été déposées, dont 40 % pour des faits à caractère sexuel. La police locale a précisé que les suspects étaient « en grande partie » des demandeurs d'asile ou des immigrants illégaux originaires de pays d'« Afrique du Nord ».

Dans une moindre mesure, des actes de violence ont également été rapportés à Stuttgart (sud) le soir du Jour de l'An.

Ces violences, qui pourraient impliquer des réfugiés, relancent vivement en Allemagne le débat sur la politique d'accueil décidée par la chancelière Angela Merkel, alors que le pays a vu affluer plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015.

Mme Merkel a ainsi durci le ton, en souhaitant samedi que les demandeurs d'asile condamnés par la justice, même pour une peine avec sursis, perdent leur droit à rester en Allemagne.
Revenir en haut Aller en bas
Athos79
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6642
Age : 77
Emploi : retraité
Date d'inscription : 29/04/2014

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Ven 15 Jan - 17:30

De SOURCE : BLOG CITOYENS  FRANCAIS
==========================

EDITE PAR HUBERT THE MAQUIZARD
^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


Deux jours après le fameux tweet de Clémentine Autain évoquant les « deux millions de viols » commis par l’Armée Rouge en Allemagne en 1945, pour relativiser les horreurs du Jour de l’An à Cologne, je reste sidéré.

On a beau s’attendre à tout, venant d’une personnalité politique en lutte pour sa reconnaissance sociale, on n’y croit pas. On a tort.

Dans le combat de cette soi-disant « gauche de la gauche » contre la prétendue « islamophobie », tous les coups sont permis.

Au nom de quels objectifs inavouables peut-on comparer des viols commis en temps de paix et des crimes sexuels de guerre?

(...)

Au nom de quel dévoiement du féminisme peut-on reprendre au compte du progressisme la petite musique de nuit des nostalgiques du nazisme ? Car ce genre d’excuse comparative est un exercice de première année d’étudiant en rhétorique négationniste. « Il y a eu Auschwitz, dont les chiffres ont été truqués, mais les viols de l’Armée Rouge, ça c’est du lourd !

Je ne sais pas, Clémentine Autain, si tu as commis cette horreur par bêtise ou par calcul, par inculture ou par méchanceté. Ce que je sais, c’est que tu n’as plus rien à voir avec le communisme, ni avec l’antifascisme.

À moins, à moins que… Regarde bien cette photo de combattantes volontaires de l’Armée Rouge, Clémentine. Ces femmes te regardent. Salue-les.

(...)

armee rouge urss

===========
QUI EST CLEMENTINE AUTAIN?
------


Adjointe à la Jeunesse auprès de Bertrand Delanoë de 2001 à 2008, Clémentine Autain a été la porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche pour la présidentielle de 2012.
Depuis 2014, elle est conseillère municipale à Sevran (Seine-saint-Denis).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Ven 15 Jan - 19:45

A ce compte la les 130 morts de novembre ne sont rien non plus comparé aux millions de morts de la guerre 39/45 .Et pourtant on en fait tout un plat et la récup va bon train pour le gouvernement , ça fait même monter la côte de Hollande .....
Ai je le droit de dire que cet ignoble de sa part de faire certaine comparaison ?
Revenir en haut Aller en bas
Athos79
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6642
Age : 77
Emploi : retraité
Date d'inscription : 29/04/2014

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   Dim 17 Jan - 11:05

DE SOURCE : LE POINT
===================
Cologne : "Elles ont été attaquées parce qu'elles étaient des femmes"

Un banquier, qui vit à Cologne depuis toujours, était avec sa fille près de la gare le soir de la Saint-Sylvestre. Il raconte comment elle a été agressée.
PROPOS RECUEILLIS PAR FRÉDÉRIC THERIN
Publié le 15/01/2016 à 08:08 | Le Point.fr
-------------------
La gare de Cologne après la nuit qui a vu une foule d'hommes, d'orgine étrangère pour la plupart, agresser les passants et particulièrement les femmes. Quelque 500 plaintes ont été déposées. La gare de Cologne après la nuit qui a vu une foule d'hommes, d'orgine étrangère pour la plupart, agresser les passants et particulièrement les femmes. Quelque 500 plaintes ont été déposées. © Dpa/AFP/ OLIVER BERG
------------------
Uwe Baister n'a rien oublié des tristes événements de cette nuit noire et froide. Comme pour exorciser ses vilains souvenirs, il raconte dans le détail sa soirée. Sa fille de 18 ans embrassée de force qui criait quand un inconnu lui touchait la poitrine, les mains baladeuses dans les allées de la gare centrale, l'attente interminable sur les quais entouré d'une foule hostile, l'absence inquiétante des forces de l'ordre... Ce banquier qui a toujours vécu à Cologne n'a rien oublié, mais sa colère s'est estompée au fil des jours. Il souhaite toutefois témoigner pour raconter ce qui s'est vraiment passé en cette triste nuit de la Saint-Sylvestre...

Le Point.fr : Comment vous êtes-vous retrouvé près de la Cathédrale pour fêter la nouvelle année ?
Uwe Baister : Nous avions prévu de dîner dans une brasserie avec mon épouse, ma fille et sa meilleure copine ainsi qu'un ami bavarois. Nous sommes venus en train et, dès notre sortie de la gare, nous avons vu qu'une foule composée d'environ 200 personnes était déjà présente. La plupart de ces gens étaient de jeunes hommes qui parlaient arabe ou un mauvais français. Beaucoup se lançaient des feux d'artifice les uns vers les autres. Nous avons fait comme si de rien n'était et nous sommes allés manger. À 22 heures, la meilleure amie de ma fille est sortie pour fumer. Des jeunes hommes lui ont alors demandé en français une cigarette. Elle a accepté, mais ils ont commencé à la serrer dans leurs bras et à l'embrasser. Heureusement, un ami a tout vu et il l'a emmenée en disant que c'était sa copine.

Vos soucis ne se sont pas arrêtés là...?

Hélas, non. Après minuit, nous sommes sortis avec les autres clients du restaurant devant l'établissement pour nous souhaiter la bonne année et regarder les feux d'artifice. J'avais apporté pour l'occasion une boîte contenant des fusées et, lorsque j'en ai allumée une, un homme d'origine arabe s'en est emparée et l'a pointée dans notre direction. Un ami a tout juste eu le temps de donner un coup de pied à notre agresseur afin qu'il laisse tomber la boîte. L'homme s'est alors enfui. Au même moment, j'ai entendu ma fille crier. J'ai alors vu un homme aux cheveux noirs mettre son visage dans son décolleté. Il l'a ensuite serré pour la soulever. Ma fille lui criait d'arrêter, car elle ne parvenait plus à respirer. J'ai réussi à la récupérer, mais, une seconde plus tard, je l'ai entendu de nouveau crier, car un homme qui était dans son dos lui touchait la poitrine. Les femmes ce soir-là n'étaient pas habillées de façon provocante comme certains ont pu le dire. Les hommes ne les attaquaient pas en raison de leurs habits mais juste parce qu'elles étaient des femmes...

Que s'est-il passé ensuite ?

Aux alentours de 2 h 30, nous avons voulu rentrer à la maison. Environ 200 hommes étaient encore devant la gare au pied de la cathédrale. Le sol était collant et jonché de détritus. J'ai alors pris ma fille sous mon bras pour montrer qu'elle était avec moi, mais plusieurs hommes en ont quand même profité pour lui peloter les fesses. Le quai de la gare était bourré de jeunes hommes qui parlaient arabe. Le train était dans un état déplorable, nous avons dû attendre une heure avant de pouvoir partir. Il y avait de plus en plus de monde sur les quais.

Que ressentiez-vous à ce moment ?

De la colère. J'étais furieux et choqué par ces attaques. Il n'y avait pas un policier sur la place de la gare, pas un seul agent de la sécurité de la compagnie de chemins de fer. Il a fallu attendre une heure sur les quais pour que les forces spéciales de l'État viennent nous aider pour nous emmener à un autre bout de la gare. Le lendemain matin, en prenant le petit-déjeuner en famille, j'ai vraiment réalisé ce qui nous était arrivé la nuit précédente. Ma colère est remontée d'un coup. J'ai été encore plus surpris lorsque j'ai lu le communiqué de la police qui disait que les célébrations du nouvel an s'étaient déroulées comme les autres années. Mais rien d'équivalent n'a jamais eu lieu dans cette ville.

Avez-vous peur aujourd'hui lorsque vous vous promenez en ville ?

Non, et ma fille non plus. Je ne veux pas changer de style de vie. Cologne est une ville amicale et colorée et elle doit le rester.

Comment éviter que de tels événements se reproduisent à l'avenir ?

Une des solutions seraient de renforcer la présence policière dans les rues. Nous n'avons d'ailleurs jamais vu autant de patrouilles dans la ville depuis la Saint-Sylvestre. Avec la vague d'émigration, beaucoup de personnes originaires de pays différents sont venus ici, mais ils ne connaissent pas nos valeurs ou notre culture. Au lieu de leur donner des cours de langue, il faudrait leur apprendre les règles de vie dans ce pays.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..   

Revenir en haut Aller en bas
 
UNE NOUVELLE EUROPE - CELLE DES AGRESSIONS ET DES VIOLS..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lorient: Des policiers une nouvelle fois victimes d'agressions.
» EDE : Europe Démocratie Espéranto
» Paysages Nouvelle Calédonie Cote Sud Est de la tribu de Goro à celle de Yaté
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Nouvelle Star: Lary de Fontaine les Dijon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: LE FOYER :: Rubrique D' HUBERT LE MAQUIZARD par Athos79-
Sauter vers: