Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis !

Forum pour Parachutistes et Sympathisants de par le Monde
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Parachutistes d'Infanterie de Marine (volet n°4 et 5 )

Aller en bas 
AuteurMessage
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15491
Age : 81
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Parachutistes d'Infanterie de Marine (volet n°4 et 5 )   Ven 21 Nov 2014 - 15:32

                                               Parachutistes d'Infanterie de Marine (volet 4)







                                                         Origines et filiation de 1947 à 1954




A ses débuts,

 la filiation des unités de parachutistes coloniaux

 paraît complexe, car elle repose sur un système de relève d'unité complète,

 à la différence des bataillons étrangers

 de parachutistes définitivement implantés en Indochine

 et qui pratiquent la relève de leurs personnels

de façon individuelle après deux ans de campagne .

Ces relèves s'articulent autour de deux entités :

 la Demi-brigade coloniale de commandos parachutistes

 crée en Bretagne en février 1947,

 qui sera le point d'ancrage et la maison mère

 des parachutistes coloniaux,

et la Demi-brigade SAS mise sur pied en juillet 1946.

Cette Demi-brigade comprendra deux bataillons de type SAS

 formés à partie des 1er et 2e bataillons de choc SAS

 et d'éléments des 2e et 3e RCP-SAS.

A la création de la Demi-brigade coloniale de commandos parachutistes

en juillet 1948, la DBCCP de Bretagne prendra le numéro 1,

 tandis que celle qui restera implantée en Indochine

durant tout le conflit se verra attribuer le numéro 2.

 C'est ainsi qu'un bataillon colonial de commandos parachutistes

 ou un bataillon de parachutistes coloniaux est créé en Bretagne,

et affecté en Extrême-Orient et,

 environ trois ans plus tard,

 dissous en Indochine à la fin de son séjour.

Cela entraîne donc une filiation ''en pointillé''

 pour cette campagne à laquelle s'ajoute les unités formées

sur place ou les formations parachutistes autochtones.

Hors Indochine, les parachutistes coloniaux arment

le GCCP de Madagascar, un GCCP en AEF

et un groupe en AOF qui deviendra le 4e BCCP le 9 février 1949.

En règle générale, les bataillons destinés à l'Indochine

 effectuerons deux séjours en Extrème-Orient

 et seront donc créés et dissous deux fois.

 Ainsi par ordre chronologique

 de la première création en métropole,

nous trouvons le 5e BPIC (15 octobre 1947)

 qui forme quelque temps plus tard le 2e BCCP-SAS

 (15 novembre 1947), le 1er BCCP-SAS (1er janvier 1948),

 le 3e BCCP (8 janvier 1948), le 5e BCCP (16 mai 1948),

 le 6e BCCP (16 mai 1948), le 7e BCCP (16 juillet 1949),

et le 1er BCCP (7 décembre 1949).

Au tournant des années 1950, le conflit gagnant en intensité,

 la nécessité de renforts parachutistes se fait de plus en plus sentir

 et les anciens BCCP sont reconstitués pour un deuxième séjour.

Partis sous l'appellation de BCCP,

peu après leur arrivée en Indochine,

 ils deviennent de façon éphémère des GCCP

avant de constituer des bataillons de parachutistes coloniaux.

C'est le cas du 2e BCCP

(1er juin 1950 qui devient 2e GCCP le 26 novembre 1950

et 2e BPC le 1er mars 1951 et du 5e BPC

formé au cours de l'année 1951 et débarque à Saigon

 le 3 août 1951. Le 6e BCCP (novembre 1951)

prend l'appellation 6e BPC le 5 juillet 1952,

peu avant son arrivée à Haïphong.

Un nouveau 3e BCCP est créé le 27 décembre 1951,

 le 28 mai 1952, il devient le 3e bataillon de parachutistes coloniaux

 par changement d'appellation. Au terme de vingt mois d'opérations,

il est dissous le 31 août 1953 et certains de ses éléments,

notamment la CIP,

donnent naissance au 5e bataillon de parachutistes vietnamiens,

 les célèbres « bawouans » du commandant Botella.

 Le 1er BCP (20 juin 1953), le 7e BCP (novembre 1953)

 sont créés en métropole et participent à la fin de la guerre

au Tonkin et au Laos.

Des unités parachutistes supplétives sont créées à partir de 1949,

 mais le jaunissement commence

 vraiment sous le commandement du général de Lattre de Tassigny.

Les bataillons parachutistes vietnamiens (1er, 3e, 5e, 7e et 6e BPVN),

 cambodgiens (1er BPK) ou laotiens (1er BPL )

 apparaissent entre 1951 et 1952.

Deux bataillons seront formés sur place :

 le 2e GCCP à la fin de 1950, qui deviendra le 2e BPC

 par changement d'appellation avant de devenir,

 le 1er août 1953, le 8e bataillon de parachutistes de choc.

A ces grandes unités s'ajoutent

 le GCMA devenu le GMI qui compte de nombreux

 paras colo dont son chef le commandant Trinquier,

 des formations de circonstance comme la section de parachutistes Moïs

 en 1949-50 à Langson,

 des commandos locaux ou les commandos du Nord-Vietnam

 du chef de bataillon Fourcade en 1951.




                                           Organisation et relève des bataillons en Indochine.







A la fin de la Deuxième Guerre mondiale,

 la France dispose de deux magnifiques régiments de parachutistes SAS,

 du 1er RCP et des bataillons de commandos.

Ensemble, ils constituent l'infanterie de l'air.



Déjà le mythe prend naissance

avec des officiers comme le commandant Bourgoin

, dit « le Manchot », ou le lieutenant Marienne

 tué dans les combats du réduit de Saint-Marcel.

Parmi eux, les futurs acteurs de l'épopée des « paras »français :

 Ducourneau, Le Gall, de Blignière, Chateau-Jobert dit « Conan »,

 Botella, de Bollardière, Muelle, Bréchignac ….

S'y ajouteront ceux issus du maquis comme Bigeard,

 les rescapés des camps et des Stalag :

 Jeanpierre, Denoix de Saint-Marc,

 Tourret, Buchoud, Massu de la 2e DB

, les artilleurs, les fantassins

 parmi lesquels le lieutenant-colonel Sauvagnac,

brevet parachutiste n°1, les cavaliers dont le chef de bataillon Decorse

 qui commandera le 3e BCCP, tous ceux qui voient dans les TAP un nouvel idéal,

 celui d'un combat alliant l'innovation de la troisième dimension,

l'audace et l'efficacité. Puis il y a les « coloniaux »

 au premier rang desquels le futur général Gilles,

 Cazaux, Trinquier, Fourcade, Mollo, Guillominot, Daubas,

 de Braquillanges, Ducasse, Leborgne....,

 tous ceux qui écriront par le sang et la sueur,

 campagne après campagne, la légende des para colo.

___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396


Dernière édition par bretirouge le Jeu 23 Juil 2015 - 23:14, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15491
Age : 81
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Parachutistes d'Infanterie de Marine (volet n°4 et 5 )   Ven 21 Nov 2014 - 17:04


___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15491
Age : 81
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Parachutistes d'Infanterie de Marine (volet 5 )   Sam 22 Nov 2014 - 21:16

Parachutistes d'Infanterie de Marine (volet 5)







Les troupes aéroportées ne sont pas épargnées

 par les difficultés et la transition entre l'infanterie de l'air

 et les formations de parachutistes est longue et hésitante,

 marquée par de nombreuses réformes et restructurations.

 Les effectifs sont restreints,

 d'une qualité limitée,

 et les moyens inexistants.

 Le 1er août 1945, les unités «  d'infanterie de l'air »

 passent définitivement à l'armée de terre et,

 selon une décision de l'état-major général

 de la Défense nationale en date du 10 juillet précédent,

 doivent former deux divisions aéroportées en vertu du programme 1945-1946.

 La 24e DAP est constituée le 16 juillet 1945 des trois régiments de chasseurs


parachutistes existants stationnés à Avord et à Nantes,

 du 4e RIA de type SAS à Quiberon,

 des unités de choc de la 1er armée et des éléments d'appui et de soutien.

Le dépôt des unités parachutistes se situe à Lannion.

 Les tableaux d'effectif appliqués par le commandement français

 sont ceux des unités américaines du même type.

La seconde DAP doit être créée à partir de la 25e DI

 transformée en grande unité parachutiste.

 Néanmoins, la crise des effectifs

ne permet pas d'entretenir deux formations

 de cette envergure et le 15 octobre 1945, la 24e DAP est dissoute.

La plupart de se éléments passent à la 25e DAP,

 alors en gestation, commandée par le général Bonjour.

 Le fusionnement des deux divisions,

 l'afflux d'engagés volontaires laissés pour compte de la société civile,

 l'incorporation des jeunes du contingent volontaires parachutistes

 permettent de rétablir la situation.

De nouvelles unités apparaissent au sein des TAP,

 dont le 1er Hussard ou le 35e régiment d'artillerie légère parachutiste.

 La 25e division aéroportée comporte trois groupements

 (GAP 1 et GAP 3 en 5e région militaire – GAP 2 au Maroc ).

 Au début de 1946,

 la 25e DAP fait mouvement sur l'Algérie

 où elle s'installe dans des conditions difficiles

et se trouve une fois encore en sous-effectif.




Mais à 15 000 kilomètres de l'Algérie, en Indochine,

 l'heure des parachutistes a sonné.

Le Vietminh, dirigé par HO CHI Minh et Giap,

 intensifie la guérilla et le général Leclerc

 demande la formation d'un groupe de bataillons de type SAS

 en novembre 1945. Des éléments des deux bataillons de choc

 et de deux bataillons des 2e et 3e RCP-SAS

 forment un groupe composé des 1er et 2e bataillons coloniaux

de commandos parachutistes SAS (BCCP-SAS )

 commandés par les chefs de bataillon Mollat et Maurepas.

 Ce groupement qui comprend également une compagnie d'état-major

 et des services deviendra officiellement la Demi-brigade SAS

commandé par le lieutenant-colonel de Bollardière,

le 1er juillet 1946. au sein de la 25e DAP

et de la Demi-brigade SAS servent de nombreux cadres

 et hommes de troupe de l'armée coloniale.

 Ils seront les premiers d'une nouvelle confrérie d'hommes de guerre :

 Les Parachutistes Coloniaux.




Le général Giap

 ne fera jamais mystère de sa haine des Français

à cause de son épouse décédée au bagne de Poulo-Condor

 des mauvais traitements subis et de maladie.

___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396


Dernière édition par bretirouge le Jeu 23 Juil 2015 - 23:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15491
Age : 81
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Parachutistes d'Infanterie de Marine (volet n°4 et 5 )   Jeu 23 Juil 2015 - 21:50

Je vais arranger la suite

___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
glaive

avatar

Féminin
Nombre de messages : 4065
Age : 54
Emploi : Doublure
Date d'inscription : 08/06/2012

MessageSujet: Re: Parachutistes d'Infanterie de Marine (volet n°4 et 5 )   Jeu 23 Juil 2015 - 22:34

Revenir en haut Aller en bas
bretirouge
modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15491
Age : 81
Emploi : retraité actif
Date d'inscription : 29/07/2010

MessageSujet: Re: Parachutistes d'Infanterie de Marine (volet n°4 et 5 )   Ven 24 Juil 2015 - 7:23

C'est plus agréable à la lecture

___________________________________ ____________________________________

3 ans chez Bigeard
N° 110396
Revenir en haut Aller en bas
http://blogdegustave-3rpc.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parachutistes d'Infanterie de Marine (volet n°4 et 5 )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parachutistes d'Infanterie de Marine (volet n°4 et 5 )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 8e régiment de parachutistes d'infanterie de marine
» 1er régiment de parachutistes d'infanterie de marine
» 3e régiment de parachutistes d'infanterie de marine
» 6e Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine
» 1er Régiment Parachutiste d'Infanterie de Marine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paras, bérets bleus, verts et rouges, tous unis ! :: AUMONERIE :: Pour ne pas les oublier-
Sauter vers: